Contactez-nous !

    En France, les chutes de hauteur représentent le plus haut taux d’accidents graves et fatals au travail. Il est donc important de rappeler que les enjeux en matière de santé et de sécurité sur chantier dans et le secteur dans lequel nous évoluons sont majeurs. Pour sensibiliser davantage les entreprises et maîtres d’ouvrages aux risques professionnels, le Ministère du travail en association avec les acteurs de la prévention tels que l’Assurance Maladie ou l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP) ont mené ces dernières années la campagne « Travaux en hauteur : pas droit à l’erreur ».  Au programme de cette opération, le déploiement d’actions terrain ciblées aux côtés de couvreurs, charpentiers, métiers du gros œuvre et qui sont les plus exposés aux risques. Ces professionnels font partie des clients que nous accompagnons. Si aujourd’hui les bonnes pratiques en matière d’organisation, d’équipements ou de formations sont intégrées au sein de grandes entreprises du BTP, il est essentiel d’être au plus près des PME et des artisans afin de les amener à mettre en place des solutions de prévention durables. La prévention des risques sur les chantiers de construction et le BTP est l’affaire de tous.

     

    Les solutions proposées par France Filets pour accompagner les PME

     

    Les solutions techniques que nous proposons sont associées au moyen collectif le plus efficace, la pose de filets anti-chute, inscrite au code du travail comme une obligation au-dessus de 2,5 mètres de hauteur.

    Par retour d’expérience, nous constatons encore aujourd’hui que pour certaines PME l’obligation de sécurisation anti-chute, sur des opérations au-delà de 2,5 mètres, n’est pas prise en compte considérée. Il y a encore 2 mois, nous avions un échange téléphonique avec un professionnel qui n’installe pas de filet anti-chute, moyen collectif de sécurisation le plus efficace. Un incident sur son dernier chantier l’a convaincu de nous solliciter dorénavant sur 100% de ses rénovations et constructions neuves.

     

     

     

     

    Ce que France Filets peut vous apporter pour la mise en place de mesures de protection collective : 

      • Des solutions optimisées et sur-mesure de pose de filets anti-chute
      • Des techniques avancées de pose de filets de sécurité en sous toiture
      • L’utilisation systématique de nacelles élévatrices mobiles de personnel

     

     

     

     

     

     

    Les situations à risque dans le BTP que nous accompagnons : 

     

    1) Travail en hauteur

     

    Chantier en hauteur France FiletsLes travaux en hauteur menés lors d’interventions régulières ou ponctuelles représentent toujours un risque important de chute humaine ou de débris.

    Les conditions de travail et les actions autour d’une réhabilitation peuvent aussi augmenter les risques à notre niveau comme  :

    • le port de charges lourdes, encombrantes, difficiles à saisir ou à manipuler, 
    • un accès empêchant ou limitant le recours à des engins de manutention ou de levage classiques,
    • une configuration de lieu défavorable (encombrement, espace libre insuffisant, sol accidenté, agencement des lieux, exposition aux vibrations, conditions climatiques…),
    • de longues distances à parcourir
    • les moyens d’accès par échafaudages ou passerelles,
    • la co-activité et la cohabitation entre piétons et engins,
    • les chutes de débris de toiture

     

     

     

     

     

    Les mesures générales des organismes pour accompagner les entreprises dans une démarche de prévention 

     

    santé et sécurité sur chantier campagne anti-chute

    L’objectif de la campagne nationale anti-chute

    Permettre aux professionnels de mieux appréhender les risques pour eux-même et leur collaborateur et les accompagner afin de mettre en place une démarche de prévention adaptée. Lors de cette campagne, plus de 3000 entreprises ayant un effectif de 20 à 49 salariés ont été suivies par l’OPPBTP ou les Carsat. Pendant 4 ans, ces professionnels du BTP qui se sont portés volontaires ont pu travailler conjointement avec des conseillers en prévention. De même, ils ont pu bénéficier d’un état des lieux personnalisé.* Au terme de cette opération, ¾ des entreprises se sont engagées dans des actions de prévention concrètes. 

     

    Santé et sécurité sur chantier : formation sur la thématique de la prévention

    Lors d’un 1er état des lieux, les conseillers en prévention ont pu constater sur le terrain que :

    44 % des chantiers visités utilisaient des équipements de protection collective ;

    – 66 % des chantiers visités avaient mis en place de règles d’utilisation des échelles et des escabeaux ;

    – 41 % des chantiers visités avaient des trémies protégées ;

    – 40 % des chantiers visités avaient des baies protégées ;

    – 11 % des chantiers visités avaient présenté et respecté les modes opératoires préalablement définis (PPSPS) ;

    Les grands axes pour faire évoluer les pratiques et améliorer les conditions de travail avaient été abordés sous forme de sujets techniques pour les salariés et thématiques managériales pour l’encadrement. 

    – La procédure d’accueil,

    – La désignation d’un chargé de prévention,

    – L’amélioration de la gestion du matériel,

    – La réalisation des fiches préparation de chantier,

    – La mise en place d’une organisation structurée,

    – La rédaction de modes opératoires

     Pour clôturer cet accompagnement, un second diagnostic a été réalisé auprès des entreprises participantes afin d’évaluer le niveau d’amélioration de leurs pratiques. Les résultats obtenus ont permis de constater “une évolution encourageante de plus de 16 % de la note entre le diagnostic de départ et le diagnostic final.” *

     

    Etat des lieux des actions pour les petites entreprises

    Des actions complémentaires ont été menées afin de sensibiliser également les petites entreprises. Pour se faire,  des réunions d’informations ont été organisées avec le soutien des organisations professionnelles.

     Les PME de moins de 50 salariés ont également bénéficié de suivis individuels quand elles le souhaitaient, mais aussi d’aides financières pour prévenir des risques les plus fréquents et investir dans du matériel et des équipements favorisant la prévention des chutes de hauteur. “Plus des deux tiers des entreprises ayant profité de subventions proposées par l’OPPBTP sont des entreprises de moins de 20 salariés.”*

    • Subventions prévention TPE  : acheter des matériels dédiés, financer des formations ou élaborer des solutions de sécurité. 
    • Contrats de prévention pour accompagner les sociétés de moins de 200 salariés dans la mise en place de projets de santé et sécurité sur chantier
    • Formation : 1,25 million de stagiaires en formation continue et plus d’un million d’apprentis en formation initiale s’en sont vu dispensés par des organismes habilités
    • Contenu informatif et préventif :  8 millions de contenus consacrés à la prévention ont été téléchargés sur le site de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), une structure financée notamment par l’Assurance maladie.

    “Les aides financières engagées se sont ainsi élevées à près de 90 millions d’euros, avec plus de 6.000 demandes de subventions prévention TPE et un millier de contrats prévention signés.”* 

    Les équipes de l’organisme de prévention continuent à accompagner ces entreprises de 10 à 49 salariés des secteurs d’activité les plus à risque. En 2019, des recommandations de prévention des chutes sur un millier de chantiers de bâtiments individuels, sites industriels ou locaux commerciaux ont eu lieu. 

    2) Les risques amiantes et chimiques

     

     

    risque amiante et chimique sur chantier

    De par le contexte de leur activité ou lors de la mise en œuvre de procédés spécifiques, les professionnels du BTP sollicités pour des travaux d’entretien, de maintenance ou de rénovation sont exposés aux risques liés à l’amiante et aux émanations de produits chimiques. Bien qu’interdite en France depuis la fin des années 90, l’amiante réside encore dans la plupart des bâtiments construits avant cette période. De même, des produits chimiques peuvent être présents sur les lieux d’intervention. Ce qui peut impacter directement les personnes, les installations et les environnements de travail en cas d’incendie, d’explosion ou de pollution.

    solution thermoretractable France Filets

    Sur cette problématique de chantier de désamiantage, France Filets propose depuis plus de 3 ans des prestations de confinement de chantier à base de polyane (double couche notamment) et depuis 2 ans des solutions encore plus fiables en terme d’étanchéité avec des installations thermo rétractables en sous-toiture. 

    France Filets associe ainsi ses savoir-faire en matière de pose de filets en sous-toitures à l’installation de matières renforçant la qualité de l’étanchéité avant le démarrage des opérations de désamiantage. Notre objectif est de renforcer les conditions de travail et de sécurité des spécialistes du désamiantage dès le début du chantier. 

     

     

     

     

     

     

     

     

    3) Enfin parlons aussi des mesures spéciales covid 19 : 

    santé et sécurité sur chantier mesures sanitaires

    • Un accompagnement dédié durant le confinement / déconfinement 
    • Des aides pour la prise en charge des personnes touchées 
    • Mise en place d’outils de prévention spécifique contre la pandémie au moyen de fiches préventives et de plans de reprise 
    • Accord de subventions “Prévention covid” afin de soutenir les structures de moins de 50 salariés et les travailleurs indépendants. Jusqu’à 50% de leurs investissements en équipements de protection contre le coronavirus sont ainsi pris en charge. **

    France Filets depuis le début de la crise a renforcé les protections de ses salariés suivant les consignes définies dans le secteur du BTP.  Nous réalisons aussi des protocoles d’intervention sur les grands chantiers pour réduire les contacts inutiles (co-activité) et travailler dans les conditions optimales à plusieurs. Un PCA (plan de continuité de l’activité) a été mis en place dès le redémarrage après le premier confinement. Ce PCA a pu évoluer en fonction des recommandations sanitaires et de l’évolution de la pandémie. Un certain nombre d’actions perdureront dans le temps (aménagement camionnette pour être autonome en nettoyage et désinfection / pas plus de 2 personnes dans les camionnettes sauf celles équipées d’une banquette supplémentaire / etc…)

    Sources des données chiffrées:

    * https://www.batirama.com/article/25689-le-bilan-apres-4-ans-de-campagne-de-prevention-sur-les-travaux-en-hauteur.html#:~:text=Au%20total%2C%201%20765%20entreprises,un%20%C3%A9tat%20des%20lieux%20personnalis%C3%A9

    ** https://www.batiactu.com/edito/baisse-accidents-travail-mais-hausse-maladies-professionnelles-60359.php?MD5email=92ae87684db8ff3ae26d8012596f725b&utm_source=news_actu&utm_medium=edito&utm_content=article

    cookie